aeronewstv - logo

Crash du Sukhoi : les conclusions

Publié le 20/12/2012 09:00 - Par aeronewstv.com

L’enquête sur le crash du SSJ 100 qui avait coûté la vie à ses 45 occupants le 9 mai dernier lors d’un vol de démonstration en Indonésie est close. Grâce à l’analyse des boîtes noires, on connaît désormais précisément le déroulé des dernières minutes du vol RA 36801.

A 14H20 (heure locale), le Sukhoi décolle de la piste n°6. Quatre minutes plus tard, l’appareil a atteint son altitude de croisière : 10 000 pieds. A 14H26, le pilote demande à la tour de contrôle de pouvoir descendre à 6 000 pieds en faisant un virage à droite. La demande est acceptée. Et puis c’est l’enchaînement, tout va très vite. Après moins de six minutes de descente, l’alarme TAWS indiquant un "obstacle terrestre devant" (terrain ahead, pull up) se met à retentir dans le cockpit, puis c’est au tour de l’alerte "évitez obstacle" (avoid terrain) de se déclencher à six reprises. Mais le pilote pense qu’il s’agit d’un problème de données et la désactive.

A 14H32, 38 secondes après la première alarme, le SSJ100 percute le Mont Salak, à 1 800 mètres d’altitude. L’appareil ne disparaîtra des écrans radars que 18 minutes plus tard. Le drame aurait pu être évité si une action de redressement avait été engagée dans les 24 secondes après la première alerte.

L’erreur humaine serait donc à l’origine de l’accident. Les pilotes n’avaient pas été informés de la région montagneuse qu’ils allaient survoler, ce qui les auraient conduit à désactiver l’alarme, et auraient été distraits par la présence de futurs clients à bord du cockpit. Les aiguilleurs du ciel de Jakarta et l’absence de données sur le terrain sont également pointés du doigt. Les caractéristiques techniques de l’avion régional russe ne sont donc pas remises en cause. Le programme SSJ100 va donc pouvoir continuer, et s’exporter à l’étranger.

imprimer cette page