aeronewstv - logo

Le Boeing 737 d’Ukraine Airlines abattu par deux missiles

Publié le 22/01/2020 01:00 - Par aeronewstv.com

Le crash du Boeing 737 d’Ukraine Airlines, le 8 janvier 2020, est dû non pas à un, mais à deux missiles iraniens tirés par erreur depuis une base militaire située à proximité de l’aéroport de Téhéran. Un nouveau rapport d'enquête préliminaire de l'organisation de l'aviation civile iranienne (CAO) l’affirme. « Les enquêteurs […] ont accédé aux informations de [l'état-major] et ont découvert que deux missiles […] M1-TOR avaient été tirés en direction de l'avion depuis le Nord ». 

Comme le montre des images d’une caméra de vidéosurveillance filmées ensuite avec un téléphone portable (voir la vidéo) et diffusées par le New York Times, deux missiles tirés à trente secondes d’intervalle ont visé l’avion ne laissant aucune chance à ses 176 occupants. L'état-major iranien a reconnu le 11 janvier 2020 la responsabilité de ses forces armées dans cette catastrophe aérienne. Le général Hajizadeh a indiqué que l'opérateur d'une batterie de missile avait pris l'avion pour un missile de croisière alors que la défense du pays était en alerte par crainte d'une attaque américaine.

Après le premier tir de missile, les pilotes ont apparemment réussi à faire demi-tour pour tenter de revenir se poser en urgence sur l’aéroport. Mais le tir du deuxième missile a mis fin à tout espoir. L’avion, transformé en boule de feu, s’écrasera deux minutes après le premier impact.

Qui va analyser les boîtes noires ? 

boîtes noires Ukraine Airlines

Au vu des tensions avec les Etats-Unis, les autorités iraniennes refusent de faire analyser les boîtes noires du Boeing 737 d’Ukraine Airlines par les américains. Mais l’Iran ne possède pas la technologie nécessaire pour procéder seul à cette analyse. Téhéran a donc demandé au bureau d'enquêtes et d'analyses français (BEA) de lui fournir les équipements nécessaires mais cela n’est pas possible d’un point de vue logistique. Le BEA a cependant proposé de les analyser. Une proposition restée pour l’instant sans réponse. Outre la France, l’Ukraine pourrait se voir confier l’analyse. Selon un communiqué, « l’Ukraine a les capacités techniques et des spécialistes expérimentés pour réaliser le décryptage des enregistreurs de vol ». Des représentants iraniens doivent se rendre à Kiev prochainement pour s’en assurer. 

imprimer cette page