aeronewstv - logo

Un Airbus décolle tout seul...ou presque

Publié le 17/01/2020 01:00 - Par aeronewstv.com

Un avion de ligne qui décolle tout seul c’est la prouesse que vient de réaliser Airbus. L’avionneur européen a effectué courant décembre huit décollages automatiques successifs d’un A350 d’essai depuis l’aéroport de Toulouse (voir la vidéo). Après s’être aligné sur la piste, l’équipage a activé le pilotage automatique puis a poussé sur la manette des gaz. Ensuite, plus aucune action n’a été effectuée par les pilotes. L’avion s’est mis à accélérer en restant dans l’axe de la piste grâce à un système de reconnaissance d’images comprenant plusieurs caméras embarquées et un logiciel d'analyse des données. Une fois la vitesse de rotation atteinte, le nez de l’avion a alors commencé à se lever tout seul et quelques secondes plus tard l’Airbus A350 était dans les airs. Sur la vidéo on voit clairement que le pilote ne tire pas le mini-manche qu’il tient en main gauche. 

Cet essai, une première mondiale pour un avion de ce type, s’inscrit dans le projet ATTOL (pour Autonomous Taxi, Take-Off & Landing) lancé en 2018 par Airbus. L’avionneur souhaite en effet tester et comprendre l’impact que pourrait avoir des vols entièrement automatisés. D’ici à l’été prochain, des essais de roulage et des atterrissages en mode automatique seront donc réalisés. Pour atterrir, l’idée sera bien sûr de ne pas s’appuyer sur les systèmes d’aide à l’atterrissage (ILS) existants sur certains aéroports mais d’utiliser là encore le système de reconnaissance d’images.

Comme nous l’expliquions l’été dernier, grâce aux avancées technologiques dans l'aéronautique nous sommes passés de quatre personnes dans le cockpit des avions de ligne dans les années 50, à trois dans les années 70 puis à deux dans les années 80. N’y aura-t’il plus bientôt qu’un seul pilote aux commandes ? L’avenir le dira mais les acteurs aéronautiques y travaillent. Une automatisation accrue des avions de ligne pourrait en effet permettre de faire face à la pénurie annoncée de pilotes et d’accroître encore davantage la sécurité en avion. L’erreur humaine reste en effet la première cause de crashs aériens.

imprimer cette page