aeronewstv - logo

A321 d'Ural Airlines : un démantèlement express qui pose questions

Publié le 31/08/2019 01:00 - Par aeronewstv.com

Les opérations de démantèlement de l’A321 d’Ural Airlines qui avait effectué un atterrissage d’urgence dans un champ de maïs près de Moscou sont terminées. L’A321 n’était soit pas réparable, soit les coûts de réparation étaient supérieurs à la valeur de l’avion entré en service il y a plus de 15 ans. Comme le montre les images tournées avec un drone par l’agence de presse Ruptly, le tronçon avant de l’avion a été coupé, les sièges et les réacteurs démontés et le reste du fuselage réduit en miettes à grands coups de pelleteuse (voir vidéo sans commentaire). Les réservoirs de carburant avaient été bien sûr préalablement vidés.

Ce démantèlement d’avion, sur place, est plutôt rare. Généralement les compagnies aériennes utilisent des grues et des remorques pour acheminer l’avion accidenté par la route vers son lieu de destruction. Alors pourquoi Ural Airlines, à qui incombe la récupération de l’avion, en a-t-elle décidé autrement ? Pour une question de coûts, de rapidité ? Contactée, la compagnie ne nous a pas répondu. Ce qui est sûr en revanche c’est que côté efficacité les équipes ont fait fort. L’opération a pris en tout et pour tout moins d’une semaine. Alors ce démantèlement a-t-il été réalisé en respectant les normes environnementales et le manuel constructeur ? On peut légitimement en douter quand on sait que Tarmac Aerosave (société française spécialisée dans la déconstruction d’avions) met environ six semaines pour démanteler dans les règles de l'art un appareil de cette taille. Il faut en effet vidanger le kérosène et les fluides polluants, puis retirer toute l’instrumentation embarquée et enfin séparer les différents types de matériaux en vue de leur recyclage.

L’atterrissage d’urgence de l’A321 de la compagnie russe le 15 août dernier avait fait la une de toutes les chaînes d’information. Et pour cause. Après leur décollage de l’aéroport de Moscou-Zhukovsky en Russie, les pilotes avient été contraints de se poser au beau milieu d’un champ, trains d’atterrissage rentrés, les deux moteurs ayant cessé de fonctionner suite à un choc aviaire. Les 233 personnes à bord avaient évacué l’avion saines et sauves. Les boîtes noires qui ont été rapidement récupérées par les enquêteurs russes sont en cours d’analyse.

Boîtes noires A321 Ural Airlines

Cet accident et son heureux dénouement rappellent l’amerrissage sur l’Hudson réalisé par le commandant de bord Chesley Sullenberger en 2009. Là aussi, tous les passagers et membres d’équipage étaient sortis indemnes de l’appareil, un A320 d’US Airways victime d'une collision aviaire au-dessus de New York.

Ural Airlines est une compagnie russe basée sur l’aéroport de Koltsovo près de Ekaterinbourg, ville située à 1 800 km à l’Est de Moscou. Lancée en 1993, sa flotte est composée d’une quarantaine d’avions, exclusivement des Airbus de la famille A320. Elle a transporté l’an dernier plus de 9 millions de passagers.

imprimer cette page