aeronewstv - logo

Elisabeth Borne : son écotaxe fait bondir Air France

Publié le 10/07/2019 05:49 - Par aeronewstv.com

La France championne des taxes. La ministre des Transports Elisabeth Borne a annoncé hier en compagnie du ministre de la Transition écologique François de Rugy la mise en place d'une éco-contribution à partir de 2020 sur l'ensemble des billets d'avion au départ de la France. Cette ponction sera progressive. Elle variera de 1.5 EUR à 18 EUR par billet en fonction de la distance et de la classe choisie. Comme toute décision en France s'accompagne d'un très grand nombre d'exceptions, cette écotaxe ne s'appliquera pas aux vols intérieurs au départ ou à destination de la Corse, aux vols en correspondance et aux vols vers l'Outre Mer. Cette manne financière sera affectée au développement d'autres modes de transport du quotidien plus éco-responsables.

L'annonce n'a pas du tout fait plaisir à Air France dont l'Etat est actionnaire à 14,30%. Cette nouvelle taxe pénaliserait fortement la compétitivité d’Air France, est-il précisé dans un communiqué de presse. La France compte parmi les pays taxant le plus le transport aérien en Europe. A ces taxes vient s’ajouter le poids particulièrement élevé des cotisations sociales employeur pour les compagnies aériennes, alors même que l’activité d’Air France représente 1,1 % du PIB national, plus de 350 000 emplois induits et qu’Air France est le premier employeur privé d’Ile-de-France. Cette taxe représenterait un surcoût de plus de 60 millions d’euros par an pour le groupe Air France (...) 

Alors qu'Elisabeth Borne a précisé que "notre pavillon national ne devait pas s'en trouver désavantagé ", la compagnie nationale rappelle à juste titre que "cette mesure serait extrêmement pénalisante pour Air France dont 50% de l’activité est réalisée au départ de l’Hexagone, et notamment pour son réseau domestique dont les pertes ont atteint plus de 180 millions d’euros en 2018." 

Le syndicat des pilotes de ligne (SNPL) s'est dit également "opposé à une taxe de plus affaiblissant les compagnies aériennes françaises et regrette le manque d'une stratégie nationale ambitieuse pour l'aérien de la part des gouvernements successifs." Il demande aussi "une remise à plat de l'ensemble de la fiscalité des compagnies aériennes." Les compagnies aériennes françaises sont déjà soumises à d'autres taxes dont celle dite "taxe Chirac". Elle est entrée en vigueur en 2006 pour lutter contre les pandémies dans les pays en voie de développement. 

La ministre des Tranports a précisé qu'une contribution serait aussi demandée au secteur du transport routier de marchandises. 

imprimer cette page