aeronewstv - logo

Un pilote de chasse nous explique le ravitaillement en vol

Publié le 08/03/2019 01:00 - Par aeronewstv.com

Lors de longues missions, le ravitaillement en vol des avions de chasse est indispensable. Un avion de combat ne dispose en effet que d’une autonomie en vol d’environ deux heures. L’aide de ravitailleurs, sortes de stations-service volantes, à l’image du Boeing KC-135 ou de l’Airbus A330 MRTT, est donc nécessaire. Il existe deux modes de ravitaillement en vol : l’un est réalisé à partir de la perche rigide située à l’arrière du ravitailleur en position centrale, l’autre est effectué via des pods situés aux extrémités des ailes de l’avion. Au cours d’une même mission, un avion de combat peut être ravitaillé en carburant à plusieurs reprises.

Comme nous l’explique ce pilote d’avion de chasse expérimenté qui a bien voulu se prêter à l'exercice en nous expliquant les images vidéo, se ravitailler en vol reste un exercice délicat qui demande de l’entraînement. La procédure est toujours la même. Les avions arrivent par le bas et par la gauche et repartent par le haut et par la droite.

On compte trois phases successives. La première consiste à insérer la perche de l’avion de combat dans le panier entonnoir situé à l’extrémité du tuyau et stabilisé par un parachute annulaire. Vient ensuite le maintien en position pendant plusieurs minutes à 550 km/h. A titre d’exemple, le débit-minute en kérosène pour un Rafale étant de 500 kg à 1 t., le ravitaillement peut durer entre cinq et dix minutes selon les besoins. Enfin, la dernière phase consiste à retirer la perche du panier qui doit absolument se faire dans l’axe au risque sinon de casser le bout de la perche. Et cela arrive plus souvent qu'on ne le pense. L'avion de combat ne peut alors plus se ravitailler et bien souvent le bout de la perche obstruant le panier, le ravitailleur ne peut lui non plus ravitailler d'autres appareils. Pour la petite histoire, les pilotes de chasse se définissent entre eux de la manière suivante : "ceux qui ont cassé" et "ceux qui vont casser". Le saviez-vous ?

imprimer cette page