aeronewstv - logo

Air France-KLM : Darmanin demande aux Etats de ne pas s’en mêler

Publié le 28/02/2019 01:00 - Par aeronewstv.com

L’annonce a surpris tout le monde. Le ministre des Finances néerlandais Wopke Hoekstra a en effet annoncé lors d'une conférence de presse à La Haye que les Pays-Bas venaient d’entrer au capital du groupe Air France-KLM à hauteur de 12.68%. Participation qu'il a ensuite portée à 14% dans la journée. Pour le ministre néerlandais, « l'objectif est d'obtenir à terme une position équivalente à celle de l'Etat français ». La France détient actuellement une participation de 14,3% dans le groupe. En entrant au capital, l'Etat néerlandais entend ainsi défendre ses intérêts. Cette acquisition surprise intervient après de fortes tensions sur la question du renouvellement du président du directoire de KLM, Pieter Elbers, qui a finalement été reconduit dans ses fonctions le 19 février dernier.

En France la nouvelle a été fraîchement accueillie. Le président Macron a demandé aux Pays-Bas de "clarifier" leurs intentions. Le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire a précisé chez nos confrères des Echos que cette acquisition s'est "faite sans information du conseil d'administration (du groupe) ni du gouvernement français. Il est essentiel de respecter les principes de bonne gouvernance et qu'Air France-KLM soit géré dans l'esprit de son intérêt social sans interférence étatique nationale ». Même son de cloche du côté de Gérald Darmanin interviewé hier matin mercredi 27 février sur Europe 1. « Il faut surtout que les Etats se mêlent le moins possible de la marche d’une grande entreprise comme celle-ci » a estimé le ministre de l’Action et des Comptes publics.

Un conseil d'administration exceptionnel du groupe franco-néerlandais s'est réuni dans la foulée. Dans un communiqué, le groupe a averti : « le Conseil d'administration d'Air France-KLM sera très vigilant sur les conséquences de cette prise de participation (...) Il fera en sorte que celle-ci n'affecte pas la nouvelle dynamique du Groupe et de ses compagnies, impulsée par le Directeur général du Groupe ». L’an dernier le groupe a atteint un niveau record en passant la barre des 100 millions de passagers transportés. Il a également réalisé un bénéfice net de 409 millions d'euros, soit plus du double par rapport à 2017 (163 millions €).

imprimer cette page