aeronewstv - logo

224 morts dans un crash en Egypte

Publié le 01/11/2015 00:05 - Par aeronewstv.com

Un Airbus A321 d'une compagnie charter s'est écrasé hier matin samedi 31 octobre dans la péninsule du Sinaï avec 217 passagers et 7 membres d'équipage à bord. La majorité était Russe. L'appareil, qui avait décollé vers 3h45 UTC de la station balnéaire Charm El-Cheikh (à l'extrême sud du Sinaï) à destination de St Petersbourg, a disparu des écrans radar quelque 35 minutes plus tard alors qu'il était à 9 000 mètres d'altitude. L'avion, qui avait 56 000 heures de vol et 21 000 cycles, était sorti des chaines de prodution en 1997 selon un communiqué officiel d'Airbus. Il était opéré depuis 2012 par la petite compagnie charter russe Metrojet.

Problème technique, acte terroriste. Il est évidemment trop tôt pour connaître les raisons de nouveau drame aérien. Ce que l'on sait pour le moment, c'est que le pilote se serait plaint d'une défaillance technique. Par ailleurs, la composante égyptienne de Daesh aurait affirmé avoir abattu l'Airbus A321. Le ministre des transports russes Maxime Sokolov n'a pas tardé à rejeter cette hypothèse. Comme toujours dans pareil cas, un très grand nombre d'hypothèses sont avancées. Les débris éparpillés dans un rayon d'au moins 8 km pourrait laisser penser que l'Airbus A321 n'ait pas touché le sol en un seul morceau. Ce qui a été confirmé ce dimanche par les enquêteurs russes selon lesquels "la dislocation a eu lieu dans les airs à haute altitude. Les fragments sont éparpillés sur une très grande surface.

Les boites noires qui ont été récupérées vont pouvoir donner rapidement une orientation vers telle ou telle hypothèse. Les premiers corps ont été retirés des débris et transportés à la morgue du Caire. Les secouristes égyptiens ont élargi le périmètre de leurs recherches à 20 km pour retrouver les corps manquants. Par mesure de précaution, Air France, Lufthansa et Emirates ont fait savoir qu'elles renonçaient à survoler cette zone du Sinaï jusqu'à nouvel avis. D'autres compagnies aériennes pourraient leur emboiter le pas. 

Des enquêteurs du bureau d'enquêtes et d'analyses français (BEA), accompagnés de leur homologues allemands et de conseillers techniques d'Airbus, se sont rendus sur place pour participer à l'enquête aux côtés du bureau d'enquêtes russe (MAK). Les autorités de l'aviation civile égyptienne ont ouvert une enquête de sécurité. La journée de dimanche a été déclarée journée de deuil national en Russie.

imprimer cette page