aeronewstv - logo

Première guerre mondiale : L'invention du tir à travers l’hélice

Publié le 06/08/2014 08:30 - Par aeronewstv.com

Ce sujet fait partie d’une web-série réalisée par la rédaction d’aeronewstv  sur « Les hommes et les avions de la première guerre mondiale ». Cette web-série a été diffusée du 4 au 22 août 2014 pour le centenaire de la Grande Guerre qui a fait dix millions de victimes en quatre ans et qui a vu le développement de l'aviation militaire. Retrouvez cette web-série sur notre site en cliquant sur le Tag ci-contre 1ère guerre mondiale.   

Au printemps 1915, apparaît le premier véritable avion de chasse, Le Fokker Eindecker, qui équipe l’armée allemande. Ce qui fait son succès, c’est la mitrailleuse qui tire vers l’avant, à travers l’hélice, sans la toucher. Le musée de l’aviation et de l’espace à Ottawa au Canada présente une maquette de ce dispositif. Nous nous y sommes rendus pour comprendre son fonctionnement.

Rénald FORTIER, Conservateur, Musée de l’aviation et de l’espace, Ottawa Canada

Il y avait déjà des brevets avant la Première Guerre mondiale. En France, en Allemagne et peut-être aussi en Grande-Bretagne et en Russie. Il y avait donc déjà eu des recherches en la matière, car des mitrailleuses avaient été testées à bord d’avions, même avant la guerre.

Fokker a été la première entreprise a équipé un avion avec une mitrailleuse synchronisée et à le mettre en service. C’est vraiment la naissance du premier avion de chasse, le Fokker Eindecker de 1915.

Une mitrailleuse qui tire à travers l’hélice a de nombreux avantages. Cela permet d’utiliser des avions plus petits, plus rapides et plus agiles, avec de meilleures performances pour le combat aérien. Il y a eu plusieurs systèmes mais les premiers étaient mécaniques.

Ce que nous voyons ici, c’est une maquette d’un système de synchronisation Fokker construit par le musée. Le système de synchronisation est en fait un mécanisme qui autorise le tir de la mitrailleuse. Il relie le moteur et la mitrailleuse. Le concept est plutôt simple. Le moteur est relié à une came. C’est-à-dire un disque pas tout à fait circulaire, avec une bosse dessus. A chaque fois que le moteur tourne, soit autour de 1 200 à 1 300 fois par minute, la bosse pousse cette tige verticale vers le haut. Cela entraine le déplacement de cette tige horizontale. Si, dans le même temps, le pilote est en train d’appuyer sur la détente, le mécanisme permet le tir de la mitrailleuse. Donc si le pilote appuie sur la détente mais que le mécanisme n’est pas enclenché, rien ne se passe. C’est donc la combinaison du mouvement du mécanisme et de l’action du pilote qui permet à la mitrailleuse de tirer sans toucher les pales de l’hélice.

Les Allemands ont été les premiers à disposer d’un système de synchronisation sur un avion et à s’en servir au combat. Les Français, au départ, utilisaient des hélices blindées et équipées de déflecteurs en métal. La mitrailleuse tirait vers l’hélice et quand une balle touchait une pale, au lieu de la transpercer, elle était déviée par les déflecteurs. Ce système était un peu rudimentaire, pas très efficace et potentiellement dangereux.

Les Allemands ont conservé leur avance technologique dans ce domaine jusqu’au milieu de l’année 1916. Ensuite, les Français et les Britanniques ont développé leur propre système pour contrer l’avance technologique des Allemands.

imprimer cette page