aeronewstv - logo

L’aéronautique en cours de… féminisation

Publié le 02/10/2013 08:30 - Par aeronewstv.com

C’est bien connu, il y a des secteurs où les femmes sont encore peu nombreuses, et le monde de l’aviation n’y échappe pas. À l’occasion du salon de l’emploi aéronautique, à Toulouse, les candidates sont pourtant bien présentes. Motivées, elles comptent aussi sur leur féminité pour faire la différence et s’imposer.

Une postulante : « Le métier s’ouvre quand même aux femmes, de plus en plus, et je pense que c’est d’ailleurs une posture qui permet de travailler différemment, parce qu’on a une capacité d’écoute qui est intéressante sur des projets de conception par exemple. »

Si le milieu tend à se féminiser, ce n’est pas encore ça. Le GIFAS, le Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales dénombre en moyenne par exemple en France seulement 20 % de femmes dans ses effectifs. On les retrouve sur certains postes comme le câblage où dextérité et minutie sont un plus. À l’inverse, d’autres secteurs sont à la peine.

Lucie Schmitz - Centre de formation d'apprentis de l'industrie de Beauzelle : « Elles sont présentes mais certes pas assez. On a des sections très techniques, la chaudronnerie, l’électronique, où parfois malheureusement, on n’a aucune femme. »

Des action sont menées ici ou là pour y remédier. C'est le cas par exemple du groupe spécialisé en ressources humaines Synergie, qui a lancé une formation à l'attention des femmes pour devenir ajusteur-monteur. Mais attention, si cela permet de donner un coup de pouce au pourcentage de femmes dans les effectifs, pas question non plus pour les industriels comme Latécoère d’en abuser.

Martial Vaidie - Directeur des ressources humaines chez Latécoère : « L’objectif en tant que tel c’est de remonter notre taux de 12 % à 15-18 % dans les 2 à 3 prochaines années. Mais après on ne veut pas non plus faire de la discrimination positive et forcer l’embauche de femmes là où il n’y en a pas ou pas assez. »

Si la parité homme-femme dans l’aéronautique n’est pas encore une réalité, une chose est sûre : les mentalités évoluent, doucement mais sûrement, tout comme le nombre de femmes dans ce secteur.

imprimer cette page