1ère web tv aéronautique
L'actualité aéronautique en vidéos
> > > New York : une sangle à l’origine du crash de l’hélicoptère

Vidéo - New York : une sangle à l’origine du crash de l’hélicoptère

- Par

On connaît maintenant les circonstances du crash d’hélicoptère à New York le 11 mars 2018. L’accident avait fait 5 morts. Les enquêteurs américains (NTSB) viennent de reconstituer le déroulé des faits en images. A bord de l’Ecureuil (AS350), quatre  passagers sont assis à l’arrière. A l’avant, un passager en position gauche et le pilote à droite. Entre eux on remarque la présence de plusieurs commandes importantes, notamment celle de l’alimentation en essence du moteur. Ces commandes ne sont donc pas protégées.

Après 16 minutes de vol, le passager avant se tourne sur sa gauche pour prendre des photos. C’est à ce moment précis, à 600 m d’altitude, qu’une sangle de son harnais de sécurité se prend dans ce levier qui gère l’arrivée-carburant. L’alimentation moteur est coupée. Le pilote s’en rend compte une minute plus tard, mais il n’a pas le temps de remettre le moteur en route. L’hélicoptère perd de l’altitude, le pilote tire sur une commande pour activer les flotteurs mais pas suffisamment pour les gonfler complètement. L’hélicoptère se crashe dans l’East River et se retourne. Les cinq passagers ne réussiront pas à se défaire de leur harnais et meurent noyés.

Suite à cet accident, le NTSB a demandé à Airbus, le constructeur de l’hélicoptère, de revoir la localisation de ce fameux levier qui gère l’alimentation en essence du moteur.

Vos réactions
  • jean debroize
    Posté le 12/12/2019 à 18h33

    Bonjour,
    Certains de vos commentaires sont plutôt étranges. En effet, si l'on ferme l'arrivée de carburant par cette manette dite "coupe-feu" le moteur s'arrête instantanément, car c'est pour cela que cette commande a été conçue..
    En ce qui concerne la flottabilité de secours, elle est déclenchée par l'action sur un bouton électrique situé sur le tableau de bord et sur le pas général. Cette commande fonctionne en "tout ou rien" et peu importe si on appuie fort ou pas. D'ailleurs dans ce genre de circonstance on a plutôt tendance à appuyer vigoureusement ! Par contre il est possible qu'à la suite d'une défaillance (pas vraiment rarissime)au niveau d'un des ballons, celui-ci ne gonfle pas ou ne se gonfle que partiellement, d'où basculement de l'appareil déséquilibré A noter qu'une hauteur de 1800 ft à l'arrêt moteur est plutôt "confortable" pour mener à bien une autorotation et prendre ses dispositions pour l'amerrissage, disposant d'a peu près une minute pour ce faire.

    Signaler un abus Répondre

    • aeronewstv
      Posté le 13/12/2019 à 14h25

      Bonjour Jean,

      nos "commentaires plutôt étranges" se basent sur le rapport préliminaire du NTSB. Pour les flotteurs le rapport précise que le pilote a tiré sur la poignée d'activation mais pas suffisamment pour qu'ils se gonflent complètement.

      >> "The pilot autorotated the helicopter successfully and pulled the emergency flotation system activation handle to deploy the floats (...) the high forces required to pull the activation handle, along with the aural and visual cues following a single-reservoir discharge, led the pilot to mistakenly believe that he had successfully pulled the handle fully aft to fully inflate the floats." Extrait du rapport du NTSB

      Signaler un abus

  • dib
    Posté le 29/12/2019 à 10h56

    J'aime bien, les experts refont l'enquête ! Et au passage disent des bêtises : le NTSB ne fait pas d'injonction mais des recommandations conformément au standards de l'Annexe 13 OACI. Ces recos n'ont strictement rien à voir avec la Justice comme en France. Le BEA et le constructeur ont participé à l'enquête menée par le NTSB conformément à l'Annexe 13 ce qui conduit l'Etat d'occurence à être précis et factuel dans ces investigations. Ceci étant tout peut être remis en cause à condition de se référer au rapport lui même et non à un article de presse aussi précis soit-il. dib

    Signaler un abus Répondre

  • AJ
    Posté le 13/12/2019 à 14h09

    Il est dommage pour le sérieux de ce site de ne relater qu'une partie de cette sombre histoire:
    1) l'appareil était opéré pour faire des vols à sensation où chaque passager prenait des photos de ses pieds au dessus du vide, assi au bord de la porte ouverte... Alors que voler porte ouverte est strictement interdit par le constructeur et les réglementations en vigueur (mais que la FAA avait donné dérogation)
    2) les passager étaient équipés de harnais pour ne pas tomber mais sans moyen d'ouverture rapide pour qu'il ne puisse les enlever en vol, hormis un cutter de secours très peu efficace comme l'avait dénoncé les employés de l'opérateur... sans succès...
    3) pour optimiser le rendement de chaque vol, le passager avant pouvait lui aussi voir sa photo sensation... ce qui l'obligeait à traverser la cabine pour aller à la porte!
    Et c'est son harnais qui s'est pris dans le robinet de carburant...

    In fine, l'injonction du NTSB est le reflet de la justice américaine : en dépit des violations flagrantes des règles de sécurité et d'operation de l'hélicoptère, faute de pour voir se retourner contre l'opérateur aux moyens financiers limités... on se retourne vers le constructeur beaucoup plus solvable!

    Signaler un abus Répondre

  • Dof
    Posté le 17/12/2019 à 18h58

    Effectivement le coupe feu, coupe le moteur sans délais.C'est le but.
    C'est un vol en travail aérien, mais full passagers comme pour un vol transport public... difficile pour le pilote de surveiller tout le monde. Mais je partage complètement l'avis qu'il avait le tps de faire une auto rotation dans de très bonnes conditions y compris d'y préparer ses passagers. Pour la flota, je partage aussi dans le fait que ça gonfle assez vite, et qu'il n'est pas question de gonfler à moitié c'est effectivement tout ou rien.A condition que le système fonctionne, et là...c'est pas certain.
    Néanmoins les commandes n'ont rien à faire ici d'autant qu'il n'y à pas de protection. La preuve, ça fait des morts.
    Par exemple,il a été placé un fils à casser sur le coup feu des gazelles suite à des problèmes similaires malgré une position haute de la dans ce cas un fils à casser le semble trop facile à casser mais pourquoi pas un verrouillage façon parachute de secours que l'on trouve sur les ULM ?

    Signaler un abus Répondre

Laisser un commentaire

Saisie limité à 1000 caractères

Entrez les caractères figurant dans l'image ci-dessus.
La casse n'est pas prise en compte.


* Champs obligatoires

    Publicité :Safran 2020
    Publicité :PeurEnAvion - Crash
    Publicité :Liste noire 2020
    Photo de la semaine par Spot’Air Grumman J2F Duck

    Vos derniers commentaires

    Nouveaux événements

    1ère webtv aéronautique au monde, aeronewstv propose chaque jour de nouveaux reportages vidéos sur l'actualité aéronautique en France et dans le monde