1ère web tv aéronautique
L'actualité aéronautique en vidéos
> > > A321 d'Ural Airlines : un démantèlement express qui pose questions

Vidéo - A321 d'Ural Airlines : un démantèlement express qui pose questions

- Par

Les opérations de démantèlement de l’A321 d’Ural Airlines qui avait effectué un atterrissage d’urgence dans un champ de maïs près de Moscou sont terminées. L’A321 n’était soit pas réparable, soit les coûts de réparation étaient supérieurs à la valeur de l’avion entré en service il y a plus de 15 ans. Comme le montre les images tournées avec un drone par l’agence de presse Ruptly, le tronçon avant de l’avion a été coupé, les sièges et les réacteurs démontés et le reste du fuselage réduit en miettes à grands coups de pelleteuse (voir vidéo sans commentaire). Les réservoirs de carburant avaient été bien sûr préalablement vidés.

Ce démantèlement d’avion, sur place, est plutôt rare. Généralement les compagnies aériennes utilisent des grues et des remorques pour acheminer l’avion accidenté par la route vers son lieu de destruction. Alors pourquoi Ural Airlines, à qui incombe la récupération de l’avion, en a-t-elle décidé autrement ? Pour une question de coûts, de rapidité ? Contactée, la compagnie ne nous a pas répondu. Ce qui est sûr en revanche c’est que côté efficacité les équipes ont fait fort. L’opération a pris en tout et pour tout moins d’une semaine. Alors ce démantèlement a-t-il été réalisé en respectant les normes environnementales et le manuel constructeur ? On peut légitimement en douter quand on sait que Tarmac Aerosave (société française spécialisée dans la déconstruction d’avions) met environ six semaines pour démanteler dans les règles de l'art un appareil de cette taille. Il faut en effet vidanger le kérosène et les fluides polluants, puis retirer toute l’instrumentation embarquée et enfin séparer les différents types de matériaux en vue de leur recyclage.

L’atterrissage d’urgence de l’A321 de la compagnie russe le 15 août dernier avait fait la une de toutes les chaînes d’information. Et pour cause. Après leur décollage de l’aéroport de Moscou-Zhukovsky en Russie, les pilotes avient été contraints de se poser au beau milieu d’un champ, trains d’atterrissage rentrés, les deux moteurs ayant cessé de fonctionner suite à un choc aviaire. Les 233 personnes à bord avaient évacué l’avion saines et sauves. Les boîtes noires qui ont été rapidement récupérées par les enquêteurs russes sont en cours d’analyse.

Boîtes noires A321 Ural Airlines

Cet accident et son heureux dénouement rappellent l’amerrissage sur l’Hudson réalisé par le commandant de bord Chesley Sullenberger en 2009. Là aussi, tous les passagers et membres d’équipage étaient sortis indemnes de l’appareil, un A320 d’US Airways victime d'une collision aviaire au-dessus de New York.

Ural Airlines est une compagnie russe basée sur l’aéroport de Koltsovo près de Ekaterinbourg, ville située à 1 800 km à l’Est de Moscou. Lancée en 1993, sa flotte est composée d’une quarantaine d’avions, exclusivement des Airbus de la famille A320. Elle a transporté l’an dernier plus de 9 millions de passagers.

Vos réactions
  • Lionel84
    Posté le 05/09/2019 à 16h31

    Il s'agit là d'un démantèlement sur le lieu même de l'accident, un champ de maïs comme précisé dans l'article, où il aurait sans doute été difficile non seulement d'amener la ou les grues nécessaires au levage de l'appareil et les camions nécessaires pour ramener les pièces démontées.

    De plus, pour les enquêtes, les pièces sont amenées vers les enquêteurs pour être inspectées. Rien ne dit que cela n'a pas été fait. De plus, les renseignements nécessaires à l'enquête sont aussi contenues dans les boîtes noires.

    Je suis plus scandalisé par le classement sans suite du vol Rio de Janeiro/Paris qui exonère Air France alors que le manque de formation des pilotes a bien été pointé par l'enquête. Pas assez calé pour me prononcer quant au classement sans suite d'Airbus.

    Signaler un abus Répondre

    • DPN
      Posté le 08/09/2019 à 16h09

      Le pilote a toujours été la variable d'ajustement afin de mettre sous le tapis des problèmes de conceptions ou de formations.
      Salauds de pilotes ! tellement inconscient et capable du pire, n'ayant aucunes déontologie et n’aimant pas leurs famille.
      Pas touche au fleuron Franco/Euro/Américano/Chinois ainsi qu'a Airfrance.
      Du coté de l'hélicoptère Cabri G2 "Francais", je me pose également bien des questions devant le nombre important de crashs, en rotation, autour de l'axe du lacet,prés du sol ?
      Salaud de pilotes ?

      Signaler un abus

  • SKYWALKER
    Posté le 07/09/2019 à 11h38

    Il se peut également que tout simplement l'exploitant ne soit pas (ou peu) assuré pour les "frais de retrait". Ces coûts lui incombant directement, et avec l'accord des autorités et de l'assureur, ils ont fait au moins cher

    Signaler un abus Répondre

  • DPN
    Posté le 01/09/2019 à 16h14

    L'avion à été démantelé rapidement c'est vrai mais il n'a pour autant été recyclé sur place, ce que fait Tarmac.
    On imagine facilement la reprise des éléments déconstruits dans le champ de maïs (qui n'a jamais été prévu pour des opérations de recyclage), pour un retraitement en bonne et due forme. Rien d'anormal donc.

    Signaler un abus Répondre

  • Morvach
    Posté le 08/09/2019 à 17h35

    Il y a peut-être lieu de prendre en compte la météo qui à l'approche de l'automne et de ses pluies rend le terrain particulièrement impraticable pour des engins lourd

    Signaler un abus Répondre

Laisser un commentaire

Saisie limité à 1000 caractères

Entrez les caractères figurant dans l'image ci-dessus.
La casse n'est pas prise en compte.


* Champs obligatoires

    Publicité :Liste noire
    Publicité :PeurEnAvion - Crash
    Photo de la semaine par Spot’Air PAF défilé 14 juillet - COLAS SCUDELER - https://www.instagram.com/colas_photo/

    Vos derniers commentaires

    Nouveaux événements

    1ère webtv aéronautique au monde, aeronewstv propose chaque jour de nouveaux reportages vidéos sur l'actualité aéronautique en France et dans le monde