1ère web tv aéronautique
L'actualité aéronautique en vidéos
> > > Le mystère s'épaissit autour du vol de Malaysia Airlines

Vidéo - Le mystère s'épaissit autour du vol de Malaysia Airlines

- Par

Une semaine après la disparition du vol MH370 et malgré d’importants moyens déployés, le Boeing 777 de Malaysia Airlines est toujours introuvable.

Pour localiser un avion en vol, il existe en fait un transpondeur, c'est-à-dire une sorte de boitier. Situé sur la console centrale dans le cockpit, il envoie un signal au centre de contrôle dont l’avion dépend. Ces données permettent ainsi de visualiser l’appareil sur les écrans radars : son altitude, sa position, sa vitesse mais aussi de signaler des pannes ou un détournement.

Dans le cas du vol MH370, ce transpondeur a cessé de fonctionner deux heures après le décollage. Panne, zone non-couverte ou acte délibéré ? Il est trot tôt pour le savoir mais ce boitier peut en effet être désactivé manuellement et ne pas fonctionner dans certaines zones géographiques. Sans le transpondeur, les radars primaires au sol peuvent cependant localiser un appareil, mais de façon moins précise et s’il se trouve à moins de 300 kilomètres de distance.

Grâce au système ACARS un avion est également suivi à la trace. En fait certains systèmes de l’avion envoient de façon automatique des rapports au centre de maintenance par exemple, ce qui permet une fois au sol de réparer les éventuelles pannes survenues au cours d’un vol. Dans le cadre de son programme de maintenance, Rolls Royce, le fabricant des moteurs Trent 800 qui équipent l’appareil aurait ainsi selon les enquêteurs américains reçu des messages pendant quatre heures après la perte de contact par le contrôle aérien. Une information qui a aussitôt été démentie par les autorités malaisiennes et qui n’est pour l’heure pas confirmée par le motoriste que nous avons contacté.

Parmi les fonctions de l'ACARS, on retrouve le CPDLC, un système qui permet des échanges écrits entre les pilotes et les contrôleurs. La liaison radio permet enfin d’échanger oralement. Mais là encore, l’avion a cessé toute communication, écrite et orale,  deux heures après le début du vol. Panne technique ou décision délibérée des pilotes ?

Enfin, en cas de crash et même d’explosion en vol, les boîtes noires émettent des signaux permettant de localiser l’appareil. Les balises de détresse se déclenchent aussi automatiquement. À moins que le Boeing 777 soit très loin de la zone de recherche actuelle, il est bien difficile de comprendre pourquoi l’appareil n’émet toujours aucun signal, sept jours après sa disparition. De nombreuses zones d’ombre planent encore sur le vol MH370.

Vos réactions
  • aimelesavions
    Posté le 14/03/2014 à 09h30

    On finira bien par savoir la vérité ou si les des sont pipés une vérité.

    Signaler un abus Répondre

  • Fighterpilot
    Posté le 14/03/2014 à 18h32

    Perdre un avion, et un 777 en 2014 ! je pense qu'on restera pas longtemp sans nouvelles

    Signaler un abus Répondre

Laisser un commentaire

Saisie limité à 1000 caractères

Entrez les caractères figurant dans l'image ci-dessus.
La casse n'est pas prise en compte.


* Champs obligatoires

    Publicité :Safran 2017
    Publicité :aeronewstv - Clémentine - CA
    Publicité :aeronewstv-ListeNoire-2017
    Photo de la semaine par Spot’Air Airbus A330 Neo lors de son premier vol

    Vos derniers commentaires

    Nouveaux événements

    1ère webtv aéronautique au monde, aeronewstv propose chaque jour de nouveaux reportages vidéos sur l'actualité aéronautique en France et dans le monde