1ère web tv aéronautique
L'actualité aéronautique en vidéos
> > > Aéroport de Toulouse : les dés ne sont pas encore jetés

Vidéo - Aéroport de Toulouse : les dés ne sont pas encore jetés

- Par

Ils ne sont plus que trois en lice pour acquérir les 49,99% de parts de l’Etat dans la société gestionnaire de l’Aéroport de Toulouse-Blagnac (ATB) : Vinci Airports, Aéroports de Paris et des investisseurs chinois. Devant le silence des actionnaires publiques soumis au droit de réserve, certaines voix s’élèvent contre ce désengagement de l’Etat en matière d’infrastructures stratégiques.

Le président du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESER) de la région Midi-Pyrénées est de ceux-là.

Jean-Louis Chauzy, Président - CESER Midi-Pyrénées : « En vendant ses bijoux, l’Etat s’affaiblit. Il y a neuf ans, Dominique de Villepin décidait sur les conseils de l’Agence des Participations de l’Etat de privatiser les autoroutes, résultat : nous nous sommes privés en neuf ans de 14 milliards d’euros de recettes. Cet aéroport rapporte quand même 10 millions d’euros par an. Il faut savoir le garder dans notre périmètre industriel. Sinon demain, ce sera les centrales hydrauliques EDF. »

Et parmi les trois offres, celle du consortium sino-canadien fait grincer des dents. Elle serait pourtant financièrement nettement supérieure à toutes les autres, autour des 300 millions d’euros selon des sources proches du dossier. Le groupe chinois aurait même de grandes ambitions. Il souhaiterait transformer l’aéroport en plaque-tournante des vols entre l’Europe et l’Asie, tripler son trafic et même aider à la création d’une autre ligne de métro. Jean-Louis Chauzy n’en croit pas un mot.

Jean-Louis Chauzy, Président - CESER Midi-Pyrénées : «Trop ambitieux pour être honnête. Personne n’a demandé, ni l’Etat, ni les collectivités de transformer cette plateforme aéroportuaire en Hub. L’aéroport de Toulouse-Blagnac ce n’est pas Orly. C’est un aéroport d’agglomération qui a une composante industrielle, qui a besoin de l’aéroport pour tous ses vols d’essais. »

Preuve que rien n’est joué, le consortium sino-canadien viendrait de  proposer à l'Etat de faire entrer un investisseur français à hauteur de 13% si leur offre était retenue. La décision de Bercy n’est donc peut-être pas aussi imminente qu’on le dit. Après Toulouse, huit autres aéroports suivront, à commencer par Lyon et Nice au premier semestre 2015.

Vos réactions
    Soyez le premier à laisser un commentaire
    Laisser un commentaire

    Saisie limité à 1000 caractères

    Entrez les caractères figurant dans l'image ci-dessus.
    La casse n'est pas prise en compte.


    * Champs obligatoires

      Publicité :Safran 2017
      Publicité :aeronewstv - Myriam - aéroports
      Publicité :aeronewstv-ListeNoire-2017
      Photo de la semaine par Spot’Air Airbus A330 Neo lors de son premier vol

      Vos derniers commentaires

      Nouveaux événements

      1ère webtv aéronautique au monde, aeronewstv propose chaque jour de nouveaux reportages vidéos sur l'actualité aéronautique en France et dans le monde