aeronewstv - logo

Comment éviter l'éclatement des pneus d'un avion

Publié le 12/07/2017 09:00 - Par aeronewstv.com

En cas de freinage d’urgence avant le décollage alors que l’avion est lancé à pleine vitesse (ce que l’on appelle un RTO : Rejected Take Off, décollage rejeté), les freins et les roues vont encaisser de fortes températures. La température du carbone des freins peut atteindre 2 500°C.

Pour éviter l’éclatement des pneus qui pourrait occasionner des dégâts sur l’avion, un système automatique de dégonflage total des pneus existe sur l’ensemble des avions de ligne (voir la vidéo) et sur certains avions de transport militaires. Jouant un rôle de fusible, il est composé d’un ensemble de trois vis fixées sur les jantes de roue du seul train d’atterrissage principal. La roulette de nez n’est pas équipée de freins.

Ces vis en alliage métallique sont conçues pour fondre à une certaine température. Cette température varie en fonction de la masse de l’appareil et donc du type d’appareil. « Pour un Airbus A320, elle est fixée à 183°C », explique Jean-Baptiste Vaney, responsable d’essai roues et freins chez Safran Landing Systems à Vélizy.

Au moment du freinage d’urgence, les freins vont générer de la chaleur à l’intérieur du pneu. La pression du pneu va donc augmenter. Passé une certaine température et pour éviter tout éclatement, l’alliage des vis va fondre quasi instantanément et libérer ainsi les trois orifices par lesquels l’air sera expulsé très rapidement et intégralement. La pression d’un pneu d’A320 est de 20 bar.

Une fois l’avion arrivé à son point de stationnement (tarmac), les équipements (roues et freins) sont déposés et remplacés par de nouveaux réduisant le temps d’immobilisation de l’avion.

imprimer cette page