aeronewstv - logo

Première Guerre mondiale : L’avion SPAD canon

Publié le 20/08/2014 08:30 - Par aeronewstv.com

Ce sujet fait partie d’une web-série réalisée par la rédaction d’aeronewstv  sur « Les hommes et les avions de la première guerre mondiale ». Cette web-série a été diffusée du 4 au 22 août 2014 pour le centenaire de la Grande Guerre qui a fait dix millions de victimes en quatre ans et qui a vu le développement de l'aviation militaire. Retrouvez cette web-série sur notre site en cliquant sur le Tag ci-contre 1ère guerre mondiale.  

Après des essais peu concluants au début de la Grande Guerre, l’idée d’embarquer un canon à bord d’un avion refait surface en 1917. La société SPAD, qui conçoit les chasseurs français les plus célèbres de la fin de la guerre, élabore le SPAD canon.

Patrick Facon, Chargé de mission Histoire – Centre d’Etudes Stratégiques Aérospatiales : 

Si l’arme principale du combat aérien pendant la Première Guerre mondiale est évidemment la mitrailleuse. Des avancées techniques font que des gens, des techniciens, des pilotes ont pensé qu’il serait intéressant de monter sur des appareils des canons.

En 1917, Georges Guynemer, qui est l’as le plus en vue du côté français, va proposer au bureau d’étude SPAD, qui lui fournit le SPAD VII sur lequel il vole, de monter un canon grâce auquel il espère obtenir une plus grande efficacité dans le tir. Ce canon va être monté sur un SPAD VII, qui est modifié par les soins des ingénieurs et il a cette particularité d’être monté dans ce qu’on appelle le moyeu de l’hélice, c’est-à-dire l’endroit sur lequel on boulonne l’hélice de l’avion.

Guynemer va entreprendre un certain nombre d’expériences à bord de cet avion et il va se rendre compte que, malgré la puissance du canon, il y a de très grandes difficultés pour le mettre en œuvre à bord d’un avion comme le SPAD, qui est un chasseur à l’envergure et à la longueur relativement réduites.

Le canon de 37mm était sans doute réservé aux pilotes chevronnés, d’abord parce qu’il supposait que les pilotes en question soient des as de la manœuvre. Il fallait piloter l’avion, mais il fallait également recharger le canon. Un canon de 37mm n’a pas de chargeur multiple. Lorsqu’il a tiré son obus, il faut ouvrir la culasse, faire sortir la douille de l’obus et ensuite recharger. Donc imaginer la manœuvre en plein combat aérien.

Ce sont des problèmes techniques, notamment l’enrayage du canon qui font que l’adoption d’une arme de ce type sur un chasseur sera extrêmement difficile.

Tout simplement, les avions équipés de canon de 37mm et les chasseurs équipés de canon de 37mm n’ont été au mieux que des prototypes, au pire que des avions expérimentaux qui n’ont pas eu d’avenir devant eux.

imprimer cette page