aeronewstv - logo

Pneus-avions rechapés, les compagnies mettent la gomme !

Publié le 01/09/2016 01:00 - Par aeronewstv.com

Un pneu de voiture usé, ça se remplace. Un pneu d’avion qui s’use, en revanche, on le remet à neuf, plusieurs fois, grâce la technique du rechapage. Dans l’usine Michelin de Bourges, on maîtrise le sujet. Le principe ? La partie extérieure du pneu usé, la bande de roulement, est enlevée, puis elle est remplacée par une nouvelle.

Guillaume Bouquant, directeur de l'usine Michelin de Bourges : interview dans le reportage.

Grâce à ce procédé, 60 à 70 % de la matière première est conservée et le pneu peut continuer à rouler. Il est testé, vérifié, pour voir si la carcasse, c’est-à-dire la base du pneu, n’est pas trop abîmée. Car si c’est le cas, la remise à neuf n’est pas possible. Dans le meilleur des cas, le rechapage peut se faire jusqu’à six ou sept fois. Niveau prix, difficile à dire, car les compagnies aériennes n’achètent pas directement des pneus rechapés.

Guillaume Bouquant, directeur de l'usine Michelin de Bourges : interview dans le reportage.

Les compagnies aériennes passent une sorte de "contrat de mobilité" avec le fabricant de pneus. Ce contrat va inclure : les pneus neufs, le rechapage, et garantir un certain nombre d’atterrissages. Un forfait "tout compris" en quelque sorte.

La technique du rechapage ne concerne que les pneus des avions commerciaux dont le diamètre est supérieur à 15 pouces (environ 38 cm). Car ce processus industriel nécessite des investissements spécifiques qui coûtent chers. Rechaper des petits pneus, comme ceux d’un avion de tourisme par exemple, ne serait en effet pas rentable.

imprimer cette page