1ère web tv aéronautique
L'actualité aéronautique en vidéos
> > > Zoom sur une formation d'ingénieur méconnue

Vidéo - Zoom sur une formation d'ingénieur méconnue

- Par

Voici Natacha et Florian, deux étudiants en formation d’ingénieurs électroniciens des systèmes de la sécurité aérienne (IESSA) à l’ENAC. Ils sont en deuxième année. L’an prochain, ils installeront, contrôleront ou développeront des équipements aéronautiques liés à la sécurité aérienne. Cette formation se déroule sur trois ans, elle est rémunérée, et ouverte aux Bac+2 scientifiques sur concours.

Natacha Laissac & Florian Kerfriden, étudiants en formation IESSA - ENAC , nous en parlent dans cette interview.      

Cette formation débouche sur un métier où la sécurité de l’emploi est aussi assurée comme le confirme Fabien Betouret qui a suivi cette formation en 2004. Il est depuis ingénieur électronicien au sein d’un bureau d’études.

Fabien Betouret, IESSA en poste à la direction de la Technique et de l’Innovation : « On n’est pas obligé comme dans le privé de devoir se vendre, changer de société, changer de ville si la personne ne souhaite pas bouger. On n’est pas obligé de faire ça pour avoir une carrière tout à fait intéressante. » 

Dès leur sortie de l’ENAC, les étudiants bénéficient d’un emploi stable dans la fonction publique.

Vos réactions
  • phil
    Posté le 08/12/2015 à 13h54

    En qualité d'IESSA on peut exercer toute une panoplie de métiers comme l'installation, les études, le développement, la maintenance, l'enseignement, la gestion de projet ou de personnes sur tous les aéroports de France ou d'outre-mer. On peut être passionnés d'électronique, ou d'informatique ou de réseaux de communication, changer de domaine ou de lieu géographique, participer à des projets nationaux ou internationaux. Être IESSA à la DGAC c'est avec un diplôme bac +5 exercer dans un milieu riche en opportunités.
    P. Tichadelle, IESSA et Président d'ENAC Alumni

    Signaler un abus Répondre

  • Alexis
    Posté le 08/12/2015 à 15h49

    6 ans dans une compagnie privée, reconversion en IESSA ... Je suis totalement conquis par la multitude de métiers accessibles pour un même statut. On peut enfin faire carrière en développant différentes compétences. Et il n'y a pas que le management comme solution de carrière, l'expertise est également mise en valeur

    Signaler un abus Répondre

  • LFV
    Posté le 08/12/2015 à 19h25

    Bravo Natasha et Florian pour votre engagement!
    Par contre pour une vidéo qui se veut instructive le choix des images (notamment cette immonde platine de microcontrôleur parfaitement dépassée et ses petits bouts de fils dignes d'un Docteur Maboule) n'est vraiment pas flatteur pour une profession technique qui peine à séduire et à convaincre!
    Montrez-nous de belles baies avec des équipements qui font *bip* et des leds bleus qui font *waouw*, montrez-nous la supervision de Roissy, montrez-nous les positions de contrôle, montrez-nous des IESSA en tenue jaune fluo manier leurs instruments de mesures dans une station ILS, montrez-nous un IESSA en costume qui fait de l'encadrement, de la formation, bref, en un mot comme en cent : faites nous rêver*!
    *Et il ne s'agirait pas de mentir mais de présenter cette fois-ci la réalité de l'environnement professionnel du corps des IESSA.

    Signaler un abus Répondre

  • Steph
    Posté le 09/12/2015 à 20h25

    Quel bonheur de voir une communication sur cette belle profession si peu médiatisée, si peu connue.
    Voilà plus de vingt années que je la pratique et je la redécouvre encore : très récemment réaffecté d'un centre de contrôle en route à l'aéroport de CDG, désormais je navigue d'une tour de contrôle à l'autre entre aéronefs de toutes sortes. Le traitement des plans de vols, les outils de visualisation radar, ..., je dois rebooster mes compétences techniques, organisationnelles et humaines pour contribuer à ce que les doublets de Roissy soient au top.
    Ha oui !! Les compétences humaines sont primordiales !! Cette profession implique de multiples et ultra enrichissantes coopérations humaines car on ne fait rien seul dans ce métier : sécurité aérienne oblige. Donc aussi au programme dans cette profession, gestion d'équipes bien sûr mais aussi conception de sérieux process opérationnels sur les systèmes, compréhension et intégration des facteurs humains ... Me concernant j'adore aussi "gren

    Signaler un abus Répondre

  • Doumé
    Posté le 10/12/2015 à 22h23

    oui ce métier est passionnant par sa diversité et le renouvellement constant de nos connaissance devant les avancées technologiques permanentes. De plus il nous laisse une certaine autonomie dans la réalisation des projets mais on n'est pas isolé car le coeur du métier est la sécurité aérienne qui oblige à concerter nos interventions entre centre de navigation aérienne et avec les contrôleurs aériens les principaux utilisateurs de nos systèmes. Chaque jour de mon travail est différent de la veille et demande une vision globale et enrichissante de l'aviation civile.
    De plus on éprouve une grande satisfaction à résoudre des problèmes techniques bloquant pour le contrôle aérien même si dans ce cas là on travaille sous pression du résultat.
    Alors n'hésitez pas passez le concours.

    Signaler un abus Répondre

Laisser un commentaire

Saisie limité à 1000 caractères

Entrez les caractères figurant dans l'image ci-dessus.
La casse n'est pas prise en compte.


* Champs obligatoires

    Publicité :Safran 2017
    Publicité :aeronewstv-christophe-EF
    Publicité :aeronewstv-ListeNoire-2017
    Photo de la semaine par Spot’Air Airbus A330 Neo lors de son premier vol

    Vos derniers commentaires

    Nouveaux événements

    1ère webtv aéronautique au monde, aeronewstv propose chaque jour de nouveaux reportages vidéos sur l'actualité aéronautique en France et dans le monde