1ère web tv aéronautique
L'actualité aéronautique en vidéos
> > > Le coavionnage en France sur la sellette

Vidéo - Le coavionnage en France sur la sellette

- Par

Le coavionnage, c’est la nouvelle économie de partage qui met en relation pilotes privés et passagers afin de partager le coût de l’heure de vol. En quelques clics sur internet, c’est réservé. Pourtant, certains jugent en France cette pratique illégale. Pour l’Union syndicale du personnel navigant technique considère par exemple que ces sites contournent la réglementation, elle souhaite leur fermeture. Car il s’agit ici de transport aérien et non de baptêmes ou de vols privés entre amis ou en famille. Dans le cas de transport payant de passagers, la réglementation à appliquer est celle du transport public qui est soumis à des règles bien plus contraignantes, notamment en matière de sécurité.

Maxime Coffin, Responsable Aviation générale – DGAC : « On va être plus exigeant avec le pilote, on va lui demander d’être pilote professionnel, avec plus de compétences, avec plus d’expériences, avec une meilleure aptitude médicale et on va également avoir des contraintes plus fortes sur l’entreprise, sur l’organisation, sur les procédures de vols, sur l’aéronef lui même, sur la manière dont il est entretenu. »

Ce niveau d’exigence protège ainsi passagers et pilotes car un avion n’est pas une voiture. Et en cas d’accident, la question de la responsabilité se pose comme nous l’explique Maxime Coffin, « l’entreprise qui organise le vol, elle-même, peut être tenue pour responsable puisqu’elle aura pris une part dans l’organisation du vol, un part de responsabilité. Après, c’est aux juges de trancher, ce qu’il va reprocher au pilote commandant de bord, à l’organisateur, éventuellement même, à la personne qui les aura mise en relation. »

Le pilote risque des sanctions disciplinaires comme le retrait de sa licence et des amendes. Mieux vaut donc être vigilant avant de tenter l’expérience. L'an passé, l’aviation civile américaine (FAA) a interdit les sites de coavionnage, jugeant que cela s'apparentait à une prestation commerciale. Pour l’instant en France, aucune décision n’a été prise. La direction générale de l’aviation civile (DGAC) va mettre en place un groupe de travail sur cette question. Conclusions attendues d’ici la fin de l’année.

Vos réactions
  • Louis Gaillard
    Posté le 12/01/2016 à 21h48

    Moi je trouve l'idée de coavionnage très intéressante, surtout par apport à sa légalité. C'est vrai que ça pourrait aider les passagers à aller où qu'ils veulent beaucoup plus vite en partageant le coût de l'heure de vol, mais c'est vrai aussi qu'un avion n'est pas une voiture, donc ça pourrait être très compliqué en cas d'accident. Comment donc est-ce qu'on pourrait accorder plus de liberté aux pilotes et aux passagers pour qu'il puissent coavionner s'ils le veulent, ainsi que protéger toutes les parties concernées ? <a href='http://aimtadistrict11.org' > http://aimtadistrict11.org</a>

    Signaler un abus Répondre

Laisser un commentaire

Saisie limité à 1000 caractères

Entrez les caractères figurant dans l'image ci-dessus.
La casse n'est pas prise en compte.


* Champs obligatoires

    Autres vidéos « Vie pratique »
    Publicité :Safran 2017
    Publicité :aeronewstv-ListeNoire-2017
    Photo de la semaine par Spot’Air Airbus A330 Neo lors de son premier vol

    Vos derniers commentaires

    Nouveaux événements

    1ère webtv aéronautique au monde, aeronewstv propose chaque jour de nouveaux reportages vidéos sur l'actualité aéronautique en France et dans le monde