1ère web tv aéronautique
L'actualité aéronautique en vidéos
> > > De l’utilisation des drones de loisirs

Vidéo - De l’utilisation des drones de loisirs

- Par

Les drones de loisirs dont les prix varient entre 30 et 400 euros, c’est la tendance du moment. Ils devraient faire cette année partie des best-sellers sous le sapin de Noël.

Christophe Laffitte, Vendeur FNAC - Toulouse : « A la base c’est surtout le plaisir de pouvoir téléguider un appareil comme on a connu les voitures télécommandées, ils voudraient aussi pouvoir filmer »

En France, ces drones sont-ils soumis à une réglementation particulière ? Nous avons mené l’enquête. 80% des drones vendus dans les magasins de jouets sont des drones d’intérieur, nous nous sommes intéressés aux 20% restants.

Ces modèles vendus au grand public pèsent généralement moins de deux kilos, ils sont donc a priori destinés à une activité de loisirs et non professionnelle. Par conséquent aucune déclaration à la direction générale de l’aviation civile, ni aucune formation du télépilote ne sont requises. Pour autant, pouvez-vous l’utilisez n’importe où et dans n’importe quelles conditions ?

Kévin Hottinger, Vendeur – La Grande Récré / Labège : «Pour ceux-là on ne demande pas d’avoir un brevet de pilote ou des autorisations spéciales pour les faire voler. Ils sont à usage personnel, donc il n’y a pas de réglementation particulière. »

Attention, la législation dans ce domaine n’est pas aussi permissive que cela et si les vendeurs ne sont pas tenus d’en informer leurs clients, elle existe bel et bien. Lorsque vous pilotez un drone même de loisirs en extérieur, vous êtes en effet soumis à des règles d’utilisation strictes. Vous ne pouvez pas faire voler votre drone au-dessus de 150 mètres d’altitude, en agglomération, près de sites sensibles comme les centrales nucléaires ou encore à proximité de personnes ou d’animaux et le pilote doit veiller au respect de la vie privée

Reste que beaucoup s’accordent à dire qu’un flou artistique dans le domaine persiste. Pour pallier ce manque d’information, la fédération française d’aéromodélisme, la fédération française des drones civils et la DGAC doivent se réunir début décembre avec un objectif : mettre en place une notice illustrée simple informant l’amateur de drone de loisirs de la réglementation et des précautions d’usage pour la sécurité des biens et des personnes qui l’entourent. 

Vos réactions
  • Balmax
    Posté le 21/11/2014 à 13h49

    Bonjour,
    Quand vous dites qu'un drone civil ne peut pas voler à + de 150 mètres d'altitude, je pense que vous voulez dire de hauteur, car l'altitude fait référence par rapport au niveau de la mer ?

    Signaler un abus Répondre

  • aeronewstv
    Posté le 21/11/2014 à 14h08

    Bonjour, merci pour votre message. En fait, l'altitude est l'élévation verticale d'un lieu ou d'un objet par rapport à un niveau de base. Par conséquent le terme 'altitude' peut s'appliquer ici. Cela étant, il est vrai que l'altitude est aussi une grandeur exprimant un écart entre un point donné et un niveau de référence; et par convention, sur Terre ce niveau est le plus souvent: le niveau de la mer.

    Cordialement,

    aeronewstv

    Signaler un abus Répondre

Laisser un commentaire

Saisie limité à 1000 caractères

Entrez les caractères figurant dans l'image ci-dessus.
La casse n'est pas prise en compte.


* Champs obligatoires

    Autres vidéos « Sports & Loisirs »
    Publicité :Safran 2017
    Publicité :aeronewstv-ListeNoire-2017
    Photo de la semaine par Spot’Air Airbus A330 Neo lors de son premier vol

    Vos derniers commentaires

    Nouveaux événements

    1ère webtv aéronautique au monde, aeronewstv propose chaque jour de nouveaux reportages vidéos sur l'actualité aéronautique en France et dans le monde