1ère web tv aéronautique
L'actualité aéronautique en vidéos
> > > Inverseur de poussée : quezako ?

Vidéo - Inverseur de poussée : quezako ?

- Par

Télécharger Adobe Flash player
Flash Player est nécessaire pour afficher ce contenu.

Lors d’atterrissages sur piste contaminée par de l’eau ou de la neige, les réacteurs prennent parfois de drôles de formes. Rien de grave, bien au contraire, il s’agit en fait du déploiement des inverseurs de poussée. Situé dans la nacelle qui entoure le moteur, ce dispositif permet de ralentir l’avion et de réduire les distances de freinage. Pour comprendre comment cela fonctionne, nous nous sommes rendus chez Aircelle. Cette société en fabrique depuis plus de 30 ans pour les avions commerciaux de plus de 100 places.

Serge Rière, responsable des opérations - Aircelle (site de Colomiers) : interview dans le reportage.

Spécificité de l’inverseur de poussée : c’est l’une des rares pièces en mouvement sur un avion commercial et pour des questions évidentes de sécurité, il ne doit être utilisé qu’en phase d’atterrissage. Pour s’en assurer, les inverseurs sont donc tous dotés d’un triple dispositif de sécurité.

François Guerzeder, directeur commercial - Aircelle : interview dans le reportage.

Au-delà de cette aide à l’atterrissage, les inverseurs de poussée réduisent aussi de façon significative le bruit des moteurs. Et bien qu’ils soient montés sur la majorité des appareils civils équipés de réacteurs, cet équipement n’est pas obligatoire. La certification d’un avion se fait d’ailleurs sans l’utilisation des inverseurs.

Vos réactions
  • Moltobaleze
    Posté le 04/03/2013 à 09h46

    Il ne faut pas avoir souvent pris l'avion pour affirmer que les inverseurs ne sont déployés que sur des pistes contaminées par l'eau ou la neige !

    Signaler un abus Répondre

  • Rédaction Aeronewstv
    Posté le 05/03/2013 à 09h39

    Bonjour,

    nous n'affirmons pas dans ce reportage que les inverseurs de poussée ne sont utilisés UNIQUEMENT lors d'atterrissages sur piste contaminée. Cependant, n'étant pas un élément de freinage primaire, un appareil n'est pas supposé avoir besoin de la "reverse" pour s'arrêter, donc l'inverseur n'est pas utilisé de façon systématique. Selon les spécialistes, on obtient grâce à l'inverseur de poussée, un gain de distance d'atterrissage d'environ 25% sur piste sèche et jusqu'à 50% sur piste verglacée ou mouillée.

    Cordialement,

    la Rédaction.

    Signaler un abus Répondre

Laisser un commentaire

Saisie limité à 1000 caractères

Entrez les caractères figurant dans l'image ci-dessus.
La casse n'est pas prise en compte.


* Champs obligatoires

    Publicité :Safran 2017
    Publicité :aeronewstv-ListeNoire-2017
    Photo de la semaine par Spot’Air Airbus A330 Neo lors de son premier vol

    Vos derniers commentaires

    Nouveaux événements

    1ère webtv aéronautique au monde, aeronewstv propose chaque jour de nouveaux reportages vidéos sur l'actualité aéronautique en France et dans le monde