1ère web tv aéronautique
L'actualité aéronautique en vidéos
> > > Mission réussie pour l’avion spatial de l’ESA

Vidéo - Mission réussie pour l’avion spatial de l’ESA

- Par

Un succès. Le prototype d’avion spatial de l’Agence Spatiale Européenne (ESA) qui mesure cinq mètres de long et deux mètres de large s’appelle « IXV » (Intermediate eXperimental Vehicle). Et grâce à lui, l’Europe vient de démontrer ce 11 février qu’elle est désormais capable de ramener des véhicules sur Terre depuis l’espace.

A bord de la fusée Vega, lancée depuis la base de Kourou, en Guyane française, l’avion spatial construit par l’entreprise Thales Alenia Space démarre son périple. Après 18 minutes d’ascension, l’engin se sépare de la fusée et atteint les 412 kilomètres d’altitude. Maintenant le plus dur est de redescendre, à la vitesse vertigineuse de 27 000 km/h, et surtout de rentrer dans l’atmosphère sans encombre. La coque externe de ce drôle d’avion dépourvu d’aile mais pilotable grâce à deux volets à l’arrière, doit en effet être capable de résister à une température de 1 700 °C pour pouvoir amerrir en douceur dans l’océan Pacifique. Et tout s’est finalement passé comme prévu.

Jean-Jacques Dordain, Directeur Général – Agence Spatiale Européenne (ESA)

« L’avantage avec ce véhicule c’est que nous sommes plus précis au moment de la rentrée dans l’atmosphère qu’avec les capsules. Cela signifie aussi que nous nous rapprochons de pouvoir réutiliser ce type de véhicule, ce qui est vital pour l’avenir des activités spatiales. » 

Alors quelle est la suite après le succès de ce premier vol à 170 millions d’euros ? Rien de précis pour le moment. Il va falloir d’abord, ces six prochaines semaines, analyser les données enregistrées par les 300 capteurs à bord. Le vaisseau pourrait ensuite servir à rapatrier sur terre des échantillons de planètes, de l’équipement provenant de la Station Spatiale Internationale (ISS) ou à mener des recherches sur la microgravité.

Pour prendre des passagers, il faudra patienter encore un peu car la taille du véhicule devra être plus grande et l’envoi en orbite nécessitera une fusée beaucoup plus grosse, comme la future Ariane 6 par exemple. Il reste donc encore quelques années de travail avant que l’Agence Spatiale Européenne (ESA) serve de « taxi » aux spationautes.

Vos réactions
    Soyez le premier à laisser un commentaire
    Laisser un commentaire

    Saisie limité à 1000 caractères

    Entrez les caractères figurant dans l'image ci-dessus.
    La casse n'est pas prise en compte.


    * Champs obligatoires

      Publicité :Safran 2017
      Publicité :ASTech-RI-2017
      Publicité :aeronewstv-ListeNoire-2017
      Photo de la semaine par Spot’Air Airbus A330 Neo lors de son premier vol

      Vos derniers commentaires

      Nouveaux événements

      1ère webtv aéronautique au monde, aeronewstv propose chaque jour de nouveaux reportages vidéos sur l'actualité aéronautique en France et dans le monde